AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alexander Maitrory (Chapitre I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sangorn
¤ Schizophrène Notoire ¤
avatar

Ancienneté : 45
Messages : 38
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Ven 13 Jan - 17:54


Âme Errante : Alexander Maitrory

Position : Vous êtes allongé dans une baignoire remplie à ras bord. Une lumière forte vous perce les rétines et une odeur infecte manque de vous faire vomir.

Alentours : Lorsque vous vous réveillerez, vous découvrirez après avoir habitué vos yeux à la lumière crue que quelque chose de plus ou moins solide semble retenir votre cou. Le reste de votre corps en revanche se meut parfaitement. Baissant les yeux, vous verrez que vous vous trouvez ..... Dans une baignoire remplie de vomi à divers stade de la décomposition. D'où l'odeur atroce. Il va sans dire que vous êtes nu dans ce bain quelque peu ragoûtant.
Hors de la baignoire, les murs sont couverts de traces de couleurs et d'aspects divers et scatophiliquement dégoûtant. Il ne vaut peut-être mieux pas y toucher .... Un miroir sur pieds vous fait face, vous donnant une idée de la scène dans laquelle vous jouez actuellement. Dans ce miroir vous remarquez derrière vous un seau sombre qui semble plein et sur votre gauche une fosse d'aisance pleine à ras bords.

Autres : par terre quelque part traîne un holster de petite taille.

_________________
Santé : 100/100 Mental : **/100

Armes :
- faux rouillée
- ongle de pouce

Objets :
- corde
- clé rouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Maitrory
Néophyte
avatar

Age du personnage : 64 ans
Ancienneté : 4
Messages : 6
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Sam 14 Jan - 0:00

Alexander se réveilla aveuglé par une lumière blanche trop claire aux goût de ses pupilles. Il ne se rappelait pas du moment ou de l’endroit il avait pu sombrer dans le sommeil dont il émergeait … Une chose était sûre il ne vient pas de se réveiller dans une chambre d’hôtel grand luxe où il avait l’habitude de dormir. Ce n’était d’ailleurs même pas une chambre mais une salle de bain du moins à ce qu’il semblait, car certes il se trouvait dans une baignoire mais l’odeur de la pièce qui l’avait pris à la gorge dès son réveil était épouvantable.

Il faillit déglutir avant d’ouvrir les yeux d’ailleurs. Lorsque ses yeux usés par le temps arrivèrent à s’adapter à la source lumineuse de la pièce il aurait sans doute préférer demeurer aveugle à ce qui l’entourait. En baissant les yeux il découvrit que la baignoire dans laquelle il trempait était remplit de relents gastriques ce qui le fit vomir à son tour ne rajoutant qu’un peu plus de contenu à un récipient déjà bien remplit. En déglutissant il sentit une entrave à son cou, mais n’eût pas grand loisir d’y porter attention lorsque son regard se posa sur les murs de la pièce. La baignoire contenant ce qui sortait par le haut le mur était peint avec ce qui sortait par le bas … Alexander ne savait pas où il avait atterri mais une chose était sûre celui ou ceux qui avaient décoré cette pièce étaient des détraqués. ..

Oh dans sa longue vie de criminalité il en avait connu des fous, des malades mentaux, des psychopathes. Il avait fait affaire avec un voleur qui lui ramener systématiquement les sous-vêtements de ses victimes féminines en plus des butins, il avait engagé les pires racailles violeurs et bagarreurs pour inciter des gens à quitter leur domicile pour les racheté une bouchée de pain. Il avait des relations pyromane qui se faisait une joie de brûler ses bâtiments avec une bonne assurance, il avait même fait appel à un cannibale comme tueur à gages en certaines occasions mais là …. Il se trouvait en présence d’un cerveau des plus corrompus, à se demandait si le propriétaire n’avait pas le ciboulot dans le même état que sa salle.

Alexander sortir de la baignoire en quatrième vitesse après avoir quasiment recraché ses organes à l’intérieur. Il fit le tour de la pièce avec un rapide coup d’œil, en dehors de la baignoire il y avait une fosse d’aisance aussi farcie qu’une dinde à Thanksgiving, nul doute que ceux qui utilisent cette pièce doivent avoir de graves problèmes de digestion … et d’hygiène, qui aurait pour idée de mettre une baignoire à côté de la décharge d’excréments ?

Un miroir était dressé au pied de la baignoire sur un chevalet en bois, sans doute pour que celui qui se « lave » dedans puisse s’y mirer, le vieil homme avait était trop obnubilé par sa position au réveil pour le remarquer de suite. Autre élément incongrue du décor un seau rempli de liquide posé sur un muret du côté opposé de la baignoire. Pas vraiment pressé d’en connaître le contenu Alexander se dirigea tout de même vers celui-ci, des fois qu’il contienne de l’eau pour nettoyer son corps souillé.

Alors qu’il se dirigé vers le seau son pieds heurta quelque chose par terre, Alexander baissa la tête une fois encore gêné dans son mouvement par quelque chose d’épais autour de son cou. Il ramassa un petit holster de ceinture vide en cuir noir. Puis il contempla son reflet dans le miroir pour voir ce qui le gêné tant pour baisser la tête, il remarqua de suite le collier de cuir autour de son cou. Sans doute l’aurait-il remarqué plus tôt si la situation n’était pas aussi bizarre. Il voulut retirer son collier sans résultat, il était cadenassé à l’arrière le vieux bandit s’en rendit compte au toucher avant de s’irriter la peau du cou pour le faire pivoter et mettre le petit cadenas d’argent bien en évidence à l’avant.

Alexander se demanda encore une fois où il avait bien pu atterrir et surtout à qui il pouvait avoir à faire. Pour éviter des problèmes au cas où le malade qui l’avait enfermé ne serait pas loin il préféra faire le moins de bruit possible et se dirigea vers le seau. Quel mystérieux liquide pouvait-il bien contenir ? Alexander priait pour que ce soit de l’eau il se pencha au-dessus du seau et en huma le contenu …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangorn
¤ Schizophrène Notoire ¤
avatar

Ancienneté : 45
Messages : 38
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Sam 14 Jan - 13:17




En vous penchant au dessus du seau, vous ne voyez rien qui semble suspect. Certes la luminosité est un peu trop forte pour vous mais rien de bien méchant. L'eau n'est pas aussi transparente quel'eau claire d'un torrent mais elle n'est pas non plus trop trop croupie. Enfin. On dirait. La soif en vous se réveille, mais votre estomac malmené et un peu contrarié fait encore des loopings en vous. Il va falloir faire attention avec lui ou bien il sera juste bon à se vider encore et encore. Alors que vous vous penchez plus encore votre nez capte brusquement l'odeur émanant du seau. Métallique et un peu tiède.

Du sang. Frais de préférence

Maintenant que vous l'avez analysé, toute l'horreur de la scène se découvre à vous. Des morceaux rougeâtres flottent, des entrailles peut-être. a moins que cette forme petite et ronde soit un oeil.... Comment savoir?


ps : n'oubliez pas de mettre vos données à jour dans la partie "vous et votre personnage", merci

_________________
Santé : 100/100 Mental : **/100

Armes :
- faux rouillée
- ongle de pouce

Objets :
- corde
- clé rouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Maitrory
Néophyte
avatar

Age du personnage : 64 ans
Ancienneté : 4
Messages : 6
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Lun 16 Jan - 21:47

Alexander réprima un nouveau haut le cœur en découvrant le contenu du seau, du sang … mais pas seulement cela. Tel des grumeaux dans une pâte à crêpes raté, des morceaux de chair ou des organes flottaient çà et là à la surface. Lui qui ne rêvait que de se laver et qui finalement finit par avoir soif en imaginant de l’eau dans le récipient … le voilà bien désillusionner.

Prit d’une peur mêlé à une colère sourde envers son tortionnaire le gentleman n’eût plus qu’une envie, quitté cette pièce malsaine. Il repéra rapidement la porte dans son dos et fît mine de se diriger vers celle-ci lorsqu’un horrible doute l’assaillit … Où se trouvait celui qui l’avait mis dans cette situation des moins enviable ? Rien n’assuré que son kidnappeur ne soit pas de l’autre côté de la porte l’attendant avec une arme à la main, peut-être même le revolver qui se rangeait dans le holster qu’il tenait en ce moment même. Cette personne était peut être un sadique du genre à torturer psychologiquement sa proie avant de l’achever et d’ajouter un de ses organes à ceux du seau. Un psychopathe tueur en série, le triste sire en avait croisait à l’occasion rarement d’aussi extrême cependant …

Que faire ? Son bourreau devait déjà savoir qu’il était réveillé, il avait fait assez de bruits en vomissant dans la baignoire déjà. Appeler à l’aide ne servirait à rien si ce n’est peut-être à donner le signal de départ au fou qui se trouvait sans doute de l’autre côté de la porte. Alexander devait réfléchir vite et bien en prenant en compte tous les scénarios possibles. Après une minute de réflexion une idée germa dans sa tête, une idée certes saugrenue mais sans doute la seule viable dans ces conditions. De toute façon la puanteur régnant dans la pièce l’empêchait de réfléchir d’avantage il était trop pressé de quitter les lieux.

Il se dirigea vers le miroir et son chevalet, saisit précautionneusement le miroir pour faire le moins de bruit possible et le déposa à plat dans un coin de la pièce … Puis il dévissa le chevalet, les premiers tours étant les plus dur tant les vis papillons étaient serrées. Il prit la seule barre qui se détachait facilement, la plus petite sur laquelle reposer toute la structure, toujours en produisant le moins de sons possibles. Il déposa le bout de bois ainsi obtenu à côté de la porte avec le holster, ensuite avec le reste du chevalet dans les mains il entra de nouveau dans la baignoire, mais cette fois-ci uniquement les pieds jusqu’aux genoux à peu près.

Levant le chevalet au-dessus de sa tête il l’battit brutalement sur le miroir resté dans un coin de la pièce. Feignant de se blesser au moment du choc entre le miroir et le chevalet il émit un gémissement à peine camouflé de douleur toute feinte. Puis toujours en douceur pour ne pas éveiller de soupçons, il saisit le seau et sorti avec de la baignoire d’immondices. Il posa le seau près de la porte tout en feignant de souffrir grâce à quelques petits sons, et saisissant le holster se dirigea vers le miroir brisé en faisant bien attention de ne pas se couper sur un morceau du dit miroir brisé. Il s’accroupit et choisit un morceau pointu susceptible de rentrer dans le holster, le saisit avec précaution et fit entrer l’extrémité la plus large dans l’entrée de celui-ci, enfin saisissant les côtés du bris ainsi obtenu à travers le cuir du porte revolver il serra la main d’un coup sec et fort pour briser les bords trop pointus à l’intérieur et faire en sorte que le contenu s’adapte au contenant. Une fois la chose bien faites et qu’il fût sur que le verre brisé ne s’échapperait pas de son manche improvisé, Alexander se dirigea une nouvelle fois vers la porte toujours en prétendant souffrir.
Il posa son couteau improvisé au sol a côté du bâton préparé depuis le début, il saisit le seau, se mit dos au mur à côté de la porte, le frappa fortement du coude droit pour faire croire qu’il s’écroulait contre celui-ci, puis déversa lentement un peu du sang contenu dans le seau au sol de sorte qu’un peu du liquide écarlate coule sous la porte.

Enfin il posa une dernière fois le seau sans bruit, et tout en émettant un râle sonore, retourna rapidement s’agenouiller là où il avait déposé ses armes improvisées les saisissants au passage.

Les yeux rivés sur la porte, une arme dans chaque main Alexander était prêt à recevoir quiconque passerait par la seule sortie qu’il avait pu trouver dans cet horrible endroit. Armé ou pas celui qui l’avait enfermé ici comme une proie aller souffrir avant de pouvoir lui faire le moindre mal …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangorn
¤ Schizophrène Notoire ¤
avatar

Ancienneté : 45
Messages : 38
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Mar 17 Jan - 14:54




Votre idée est astucieuse. Cependant elle restera sans réponse malgré les bruits de pas que vous pourrez entendre. Il semblerait que votre sort importe peu à votre geôlier. Tout au plus une minute a attendre devant votre porte. Puis il s'en va et vous ne pourrez accuser que la fatalité de vous fournir un gardien aussi peu attentif à votre personne.

Pendant que vous êtes face à vous même, l'odeur à laquelle vous ne parvenez toujours pas à vous habituer finit par faire à nouveau jouer votre estomac. A ceci prés que les réjouissances gastriques vous tireront un peu de sang et une douleur lancinante dans le ventre. Patauger dans les régurgitations n'est pas sain pour votre santé et la votre va être mise à rude épreuve.

Au dessus de vous, là où vous ne pouvez l'atteindre malgré tous vos efforts et vos ruses, une dalle se meut et laisse apercevoir un trou noir béant. Un bruit trouble et sourd s'élève alors et une lourde dose de vomi ou choses dans le même genre tombe en plein milieu de la pièce. Pensez à ne pas rester dessous si vous ne voulez pas prendre une douche ! Bien que tombant dans la baignoire prévue apparemment à cette effet, l'apport éclabousse toute la pièce. Il va sans dire que vous récupérer donc une petite touche de garniture.

La dalle se referme sans bruit et lorsque vous regardez à nouveau, nul trace de son passage. au point que vous en oubliez presque où est ce que ça s'est produit. Une nouvelle étude de la pièce vous montrera que toute trace du miroir et de son chevalet en pièces détachées aura disparues. Toutes sans exception, le tesson dans votre holster aussi.



_________________
Santé : 100/100 Mental : **/100

Armes :
- faux rouillée
- ongle de pouce

Objets :
- corde
- clé rouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Maitrory
Néophyte
avatar

Age du personnage : 64 ans
Ancienneté : 4
Messages : 6
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Jeu 19 Jan - 23:56

Prostré un genou sur le sol l’autre en l’air, tous les muscles tendus prêts à agir, Alexander attendait que son tortionnaire ouvre la porte pour lui bondir dessus, lui fracturer le bras à l’aide de son bâton, et lui enfoncer son couteau improvisé du menton au cerveau en un mouvement ascendant net et sans équivoque.

L’attente sembla durée une éternité … Des pas se firent entendre derrière le battant mais la poignée ne fit aucun mouvement. Peut-être que son adversaire sentait le piège, le vieil homme serra instinctivement les mains pour assurer la garde de chacune de ses armes. Le temps semblait s’être arrêté pour Alexander il devait rester concentrer pour agir prestement, nul son n’émanait de la scène et le gentleman n’entendait que son cœur battant à tout rompre. Il pouvait remercier le ciel de ne pas être cardiaque car une crise aurait très bien pu survenir à cet instant précis tant son palpitant était emballer par la peur et l’excitation …

Finalement après un moment les pas se firent de nouveau entendre mais ils s’éloignaient. Alors quoi ? On enferme un sexagénaire dans une pièce horrible pour faire Diable sait quoi et on le laisse pisser le sang pour mourir connement d’une chute dans une salle de bain ? Plus ça allait moins le bandit comprenais la personne à qui il avait à faire. Le silence revenu le sir se relâcha un peu tout en se demandant ce qu’il allait faire maintenant. Il n’eût pas trop le temps de réfléchir, avec le stresse subit durant ce court instant et cette odeur nauséabonde et persistante il ne put stopper une seconde régurgitation. L’acide de sa bile lui entamer les dents et il avait l’impression que son estomac suivrait le chemin emprunter par ce qu’il contenait. Alexander n’en était pas loin car mélanger à ses sucs gastriques du sang sortait par son orifice buccal ce qui ajouta un petit goût caractéristique dans sa bouche dont il se serait bien passé…

Toussant et crachant pour libérer ses voies respiratoires, Alexander se releva péniblement lâchant au passage son bâton pour se saisir l’abdomen, cette vidange intensive avait laissé des marques dans son intérieur. L’estomac vide et douloureux, la gorge en feu, un goût métallique et acide dans la bouche, de plus il avait les jambes toutes flageolantes le membre de la jet-set anglaise faisait maintenant pâle figure, et les relents des différents composants de la pièce ajoutaient à son désarroi.

Respirant doucement à présent Alexander trouvait l’atmosphère de plus en plus étouffante. Alors qu’il croyait être au plus mal une trappe s’ouvrit soudain au plafond, surpris par la soudaineté de la chose et ne sachant pas ce que cela augurait Alexander recula contre le mur pour s’y appuyer … S’offrit alors à ses yeux un spectacle répugnant qui ajouta d’avantage à l’abattement psychologique dans lequel il était déjà. Dans un grondement aérien une trombe de vomi se déversa dans la baignoire déjà bien garnie, la colonne repoussante éclaboussa le pauvre bougre au passage mais il n’était plus à quelques salissures prêt désormais. Lui qui croyait n’avoir plus rien dans l’estomac il se rendit compte qu’il se trompait en freinant une remontée dans sa gorge.

Le trou au plafond se referma sans bruit laissant l’homme dans un nouveau silence oppressant. Durant un instant il considéra l’option de chercher cette dalle amovible au plafond pour tenter de s’échapper par cette voie, idée qu’il rejetât bien vite pour deux raisons simples : Premièrement il ne voyait plus l’emplacement exacte du trou la trappe était si bien imbriqué dans le plafond que ses bords étaient désormais invisible et la chercher lui coûterait en temps et énergie. Deuxièmement et surtout, le plafond lui était inaccessible, peut-être qu’en grimpant sur la baignoire il aurait pu l’atteindre. Cependant une baignoire n’est jamais un bon appui avec ses bords lisse, de plus les jambes d’Alexander n’étaient pas au meilleur de leur forme actuellement, il ne voulait pas risquer de piquer une tête dans la cuve de régurgitation une fois de plus, ou pire, s’y briser le crâne en tombant.

Seule option restante … Sortir par la porte et affronter ce qui se présentera alors. Le gentleman n’avait jamais était acculé à ce point même dans sa prime jeunesse passée dans les rues … De même il n’était jamais resté trop longtemps sans la compagnie d’un de ses hommes. Cette situation inhabituelle lui déplaisait fortement qui que soit le responsable il devrait payer, dans les larmes et le sang dût il lui tremper les bourses dans de l’acide en le pendant par les pouces, après lui avoir tranché les jambes au niveau de la taille et cautériser les plaies au fer rouge. Et encore ce ne serait que les préliminaires …

Alexander voulut ramasser son bâton mais ne put que notifier son absence par terre. Il scruta le sol tout en tournant sur lui-même mais n’en trouva nulle trace, de même que le reste du chevalet auquel il appartenait ou les morceaux de miroir au sol. Il regarda dans sa main droite … Seul rester le holster. La folie l’avait-elle déjà saisit dans son étreinte écrasante ? Le trafiquant ne comprenait plus rien et se demandait si tout cela était bien réel au final, l’odeur lui rappelait de façon drastique que c’était la réalité, ainsi que les douleurs de son ventre. C’était à n’y rien comprendre mais cela le conforta dans l’idée que s’il ne quittait pas cette pièce rapidement sa santé mentale n’y survivrai pas.

Avec appréhension il ramassa le seau de sang le saisissant par l’anse tout en gardant le holster dans sa dextre, seule « preuve » en dehors du récipient à hémoglobine qu’il n’avait pas totalement halluciné. Il se demanda tout de même si les deux objets n’allaient pas eux aussi disparaitre comme la loyauté d’un homme de main face à une mallette rempli d’oseille. Il comptait sur le seau comme dernière défense en cas d’attaque adverse, le contenu une fois jeter au visage pourrait faire une bonne diversion le temps qu’il prenne le contrôle de la situation. Il saisit la poignée de la porte de la main droite et s’apprêta à ouvrir la porte qu’importe ce qu’il y aurait de l’autre côté ce ne pouvait être pire que cette pièce immonde …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangorn
¤ Schizophrène Notoire ¤
avatar

Ancienneté : 45
Messages : 38
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Ven 20 Jan - 11:48




La main sur la porte. Vous vous posez des questions. Vous attends t-on de l'autre côté ? L'agresseur use t-il de la même technique que vous précédement ? Avez vous finalement halluciné le bruit de pas ? Autant de questions qui n'auront de réponses que lorsque vous en franchirez le seuil.

Contrairement à vos attentes, la poignée de la porte glisse et tourne normalement dans votre main, le pire c'est qu'il n'y a même pas de verrou d'enclenché. depuis le début vous auriez pu vous échapper. Faut-il être bête pour enfermer quelqu'un dans une pièce et oublier d'en tourner la clé ?

La porte s'ouvre sur une pièce étroite et intégralement noire. A peine un pas de fait que vous trébuchez sur quelque chose et vous étalez de tout votre long contre quelque chose de glacé et de mou. Votre bras qui aura raclé contre l'un des mur aura allumé la lumière. Vous pourrez alors constaté que vous êtes allègrement couché sur le dos d'un corps humain. Un corps féminin plus précisément. froid certes, mais aux courbes au combien délicieuses.

Tout aurait été fantastique si cette nouvelle rencontre n'était pas figée, accroupie devant quelque chose et la tête profondément enfoncée dans ce que vous reconnaissez être des toilettes turques.


_________________
Santé : 100/100 Mental : **/100

Armes :
- faux rouillée
- ongle de pouce

Objets :
- corde
- clé rouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Maitrory
Néophyte
avatar

Age du personnage : 64 ans
Ancienneté : 4
Messages : 6
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Jeu 26 Jan - 16:56

La gorge sèche, le front en sueur Alexander tourna la poignet de la main qui tenait le holster. La porte n’était pas verrouillée … Un déclic caractéristique d’une porte s’ouvrant se fit entendre avant que la planche de bois ne se déloge légèrement de son cadre. Il avait connu, voir engagé, des kidnappeurs plus doués, qui eux, savaient fermer une porte pour que leurs proies ne se fassent pas la malle. Tant pis pour son bourreau cette erreur lui serait fatal si il attendait non loin du battant laisser si imprudemment ouvert.

Alexander ouvrit soudainement la porte en la tirant à lui puis se mit rapidement en position pour balancer le contenu du seau au moindre obstacle. Mais au lieu d’un quelconque adversaire la porte ne débouchait que sur des ténèbres béantes … Le triste sire avança d’un pas dans la nouvelle pièce obscure et s’étala rapidement au sol laissant le seau lui échapper des mains. Dans un bruit qui rappelait étrangement un concierge vidant sa bassine de produit pour les sols sur le trottoir de son immeuble, le sang et les organes se répandirent au sol à quelques pas d’Alexander. Miraculeusement le holster noir lui était resté dans la main, et autre miracle si on peut l’appeler ainsi la lumière baigna soudainement la pièce. Le coude légèrement irrité du gentleman avait heurté l’interrupteur de ce qui semblait être un couloir carrelé de blanc et ocre. Mais loin de contempler la décoration l’homme avait les yeux rivés sur ce qu’il avait heurté au sol.

Là sur le carrelage bruni du sol gisait un corps féminin. Au moins cela lui avait-il permit de ne pas se faire mal en tombant… Alexander se releva et observa sa trouvaille. Une femme la trentaine environ de ce qu’il en voyait, peau blanche et long cheveux roux. A en juger par sa température et la mollesse de ses membres elle devait être là depuis minimum deux jours. Son « ami » le tueur à gage cannibale, anciennement médecin légiste, lui avait confié que la rigidité cadavérique disparaissait progressivement en deux ou trois jours, alors que la putréfaction commencer et que c’était pour cela qu’il était primordial de découpait les meilleurs morceaux avant que la rigidité ne s’installe si on ne voulait pas d’une viande avarié. Un vulgaire morceau de viande froide, l’image était adaptée à la vision qu’avait Alexander de la situation…

Certes les courbes étaient belle et le vieil homme n’aurait pas protesté si il avait du coucher avec, mais le sexe n’a toujours était qu’un moyen d’arriver à ses fins plutôt qu’une activité de simple plaisir. Son plaisir était dans les crimes qu’il commettait et voir la police totalement impuissante face à cela. C’est pour cela que ce qui trainait à ses pieds en ce moment n’était qu’un morceau inutile de l’humanité, aussi intéressant qu’un tas de fumier dans un champ.

Le cadavre était accroupi tête dans des toilettes turques … Sans chasse d’eau. Les ongles arrachés par ses efforts pour sortir la tête du trou immonde où elle était, des marques de griffures sur le vernis de la faïence attestant du geste désespéré pendant que son tueur lui avait maintenu le visage dans l’orifice à déjections. Le gentleman repéra une porte à l’autre bout de la pièce espérant une sortie définitive du cauchemar dans lequel il était plongé il songea à se diriger vers elle, mais le contenu renverser du seau ne lui donnait pas envie de marche dedans ou de glisser dessus …

Il saisit la morte par les cheveux et la tira vers lui la mettant à genoux. Le visage commencé à se décomposer dévoré par des asticots il était recouvert d’excrément et de ce qu’il reconnut comme étant du vomi, elle n’avait pas eu une mort paisible cela était certain. Toujours en la guidant par le maintien sur sa capillarité Alexander orienta le visage vers la flaque sanglante, puis d’un coup de pieds énergique il la poussa vers celle-ci tout en lui lâchant les cheveux au passage. Le corps à présent étendu dans l’hémoglobine donnait l’impression d’avoir était poignarder récemment, le bandit trouvait cela risible un petit sourire s’affichait sur son visage.

Il marcha sur le cadavre devenu un point pour qu’il ne se salisse pas les pieds. Chaque pas fracturant un os et écrasant un peu pus des organes déjà pourrissant. Il s’arrêta sur le dos de la morte et ramassa le seau, il pourrait toujours servir à donner un coup violent, ou à aveugler une ennemi. Puis une fois l’objet récupérer il se dirigea vers la porte en espérant que son idiot de kidnappeur ne l’avait pas fermée non plus quand il saisit la poignée ….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangorn
¤ Schizophrène Notoire ¤
avatar

Ancienneté : 45
Messages : 38
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   Ven 27 Jan - 8:07



Manque de chance pour vous, cette seconde porte miraculeuse est fermée et infranchissable. La raison en est toute bête : la poignée vous reste dans la main et il n'y a pas de prise à l'endroit où cette dernière se trouvait. La porte devant vous est aussi lisse qu'un mur et aussi solide que du béton. Aucun intérêt.

Dans les toilettes non plus aucun échappatoire, sauf si vous projetez de vous reconvertir en rat de canalisations. Mais votre taille n'est pas tout à fait adéquate. Non la seule issue possible est ce trou dans le plafond, là où le vomi tombait et va encore tomber dans quelques seconde. Le bruit de quelque chose qui coule et qui roule se fait à nouveau entendre et la trappe lointaine s'ouvre à nouveau pour lâcher son putride contenu. Attention à vos pieds !

_________________
Santé : 100/100 Mental : **/100

Armes :
- faux rouillée
- ongle de pouce

Objets :
- corde
- clé rouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexander Maitrory (Chapitre I)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexander Maitrory (Chapitre I)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Lunacy :: Le Château :: La pièce aléatoire-
Sauter vers: